AISLF Tunis 2020

Session Jeunes chercheur·e·s

Le Congrès est reporté

Cette session est organisée par le GT18 « Devenir et être sociologue » et le Réseau des doctorant·e·s, post-doctorant·e·s et jeunes docteur·e·s (ReSoDoc).

Nouveaux objets, nouvelles méthodes : comment défier les traditions de la recherche en sciences sociales ?

Conférencière invitée :

Mme Monique PINÇON-CHARLOT
Directrice de recherches, CNRS, Paris, France

La session Jeunes chercheur.e.s souhaite éclairer les processus de légitimation des nouveaux objets et/ou nouvelles méthodes de la recherche en sciences sociales.
La formation à la recherche s’appuie sur des recettes et des « ficelles » éprouvées et approuvées au fil des ans et transmises aux générations suivantes par l’enseignement et la guidance scientifique. L’histoire de nos disciplines n’est certes pas très ancienne, pourtant, déjà, des schismes se produisent, des nouveaux champs sont explorés, parfois sous l’œil attentif des « Anciens », parfois sous un regard sceptique.
La rencontre avec les nouvelles façons de faire des sciences sociales et les traditions normatives, hégémoniques, ancrées est toujours un moment de tensions, plus ou moins vives, plus ou moins affirmées dans l’espace public de la recherche.
Lors de la session Jeunes Chercheur.e.s, nous souhaitons questionner les défis qui se posent aux chercheur.e.s, jeunes ou seniors, qui s’attaquent à de nouveaux objets, expérimentent de nouveaux outils, défrichent de nouveaux champs. Il s’agira alors de mettre en lumière les processus de légitimation et de normalisation des innovations de la recherche en sciences sociales à partir d’une expérience singulière et reconnue.

La table ronde sera introduite et discutée par deux chercheur·e·s, reconnu·e·s pour l’aspect novateur de leurs recherches ou de leurs pratiques de la recherche en sciences sociales.
Après une rapide présentation, les discutant·e·s introduiront la conférence de Mme Pinçon-Charlot en faisant état des difficultés, des défis et des questionnements qu’ils rencontrent.
La conférence, en forme de rétrospective de carrière, visera à éclairer les résistances auxquelles elle a dû faire face, les appuis dont elle a pu bénéficier. À travers son propos, la conférencière pourra ainsi transmettre un savoir et des compétences souvent tus et invisibilisés et qui pourtant sont au cœur de nos métiers, ce que Becker nommait déjà les « ficelles du métier ».
Suite à la conférence, les discutant·e·s animeront un temps d’échange avec la salle, d’une durée de 30 à 60 minutes.

Mercredi 8 juillet - 18h-20h - Cité de la culture