AISLF Tunis 2020

Les partenaires



UTM

L'Université de Tunis El Manar, principal partenaire du congrès de l’AISLF, est actuellement présidée par Monsieur Fethi Sellaouti. Créée en 1987, elle regroupe les établissements d'enseignement supérieur et de recherche les plus anciens et prestigieux de Tunisie. Elle est pluridisciplinaire et couvre de nombreux domaines scientifiques : droit et sciences juridiques, lettres, protection de l’environnement, santé, science de la vie, sciences économiques et de gestion, sciences et techniques de l’ingénieur, sciences fondamentales, sciences humaines, sciences informatique et télécommunication, sciences médicales et paramédicales, sciences sociales et du comportement.

Elle comprend quinze établissements répartis dans quatre facultés, quinze instituts, deux écoles, et cinq écoles doctorales. Elle compte deux Chaires, la chaire UNESCO pour les mathématiques et le développement et la chaire UNESCO des droits d’auteurs et des droits. L’UTM accueillait 33 000 étudiant·e·s en 2016/2017 et 3 200 enseignant·e·s chercheur·e·s dont 1 400 exercent également en milieu hospitalier.

L’UTM mettra à la disposition du Congrès les locaux de deux de ses illustres institutions : la Faculté des sciences mathématiques physiques et naturelles de Tunis (FST) et l’École nationale d’ingénieurs de Tunis (ENIT).


UTM

Le Centre arabe des recherches et de l’étude des politiques de Tunis (CAREP Tunis), partenaire scientifique du Congrès de l’AISLF à Tunis, a été créé en 2014 et il est actuellement dirigé par Monsieur Mehdi Mabrouk, sociologue et universitaire.

Cette association vise à soutenir la recherche sur le monde arabe et le Maghreb dans les domaines des sciences humaines et politiques et à favoriser la production et la dissémination du savoir scientifique en provenance du et portant sur le monde arabe afin de remédier à la trop faible mise en valeur de ces travaux de recherche. Elle constitue un lieu de rencontre et de débats à travers des séminaires et des tables rondes entre chercheurs des différentes aires géographiques et scientifiques.

Le CAREP accorde aussi une place de choix à la formation des jeunes ; deux sessions doctorales ont été organisées (2018 et 2019) dans ce sens en partenariat avec l’AISLF, permettant à des chercheurs issus de ses réseaux de mettre leur savoir au service des étudiants venus des pays maghrébins et d’Afrique subsaharienne. La contribution du CAREP au Congrès de Tunis se fera, d’ailleurs, à travers l’octroi de bourses destinées aux étudiants du Sud afin de leur permettre de participer au Congrès.


Cité de la culture

S'étendant sur une superficie de près de huit hectares situés en plein centre-ville de Tunis, la Cité de culture est une méga-structure dédiée à la culture et à la création inaugurée le 21 mars 2018 après plusieurs années d’attente. Dotée d’un équipement technique ultra-moderne et abritant une pluralité d’institutions, de salles de spectacle, dont un théâtre d’opéra, et d’espaces de création, la Cité de la culture réunit plusieurs pôles : celui de la musique et de l’opéra, celui de la littérature et du livre, ainsi que le Centre national du cinéma et de l’image, où se trouve la cinémathèque tunisienne, et le Musée national d’art contemporain et moderne.

La Cité de la culture nous ouvrira son théâtre de l’opéra pour l'ouverture du Congrès, le 6 juillet 2020, et d’autres salles pour les plénières et semi-plénières de fin de journée (18h-20h30) prévues durant le semaine. Notre présence dans la Cité permettra aux congressistes d’investir cet espace culturel majeur, le plus important de la ville de Tunis.


IRMC

L'institut de recherche sur le Maghreb contemporain (IRMC), est un centre français de recherche en sciences humaines et sociales, à vocation régionale, basé à Tunis. Il est placé sous la tutelle du ministère de l'Europe et des Affaires étrangères et, depuis 2000, du ministère de l'Enseignement supérieur et de la Recherche et du Centre national de la recherche scientifique (CNRS).

L'IRMC contribue, avec la communauté scientifique maghrébine et européenne, au développement de la recherche sur le Maghreb. C’est aussi un lieu de formation et d'exercice de la recherche et il accueille de nombreux jeunes chercheur·e·s. Sa directrice, Oissila Saaidia, membre du Conseil scientifique local, a contribué avec son équipe à la préparation de la session plénière « Sociologie africaine et maghrébine », qui aura lieu le jeudi 9 juillet, à 18h. L’IRMC manifeste également son soutien, notamment par une prise en charge de jeunes doctorant·e·s maghrébin·e·s souhaitant participer au Congrès.


IFT

L’Institut français de Tunisie (IFT) est un des principaux instruments de mise en œuvre de la politique de coopération de la France en Tunisie, conformément à l’esprit de partenariat qui préside aux relations entre les deux pays. Il finance, initie, conduit et appuie un ensemble d’actions et de projets portant sur de nombreux domaines, éducatif, universitaire, scientifique, linguistique, technique, institutionnel et culturel.

Depuis la Révolution, dans un contexte de transition vers la démocratie, l’action de l’IFT s’articule autour d’un certain nombre d’objectifs, dont l’appui au processus de démocratisation en Tunisie et l’affermissement de l’État de droit et le développement des les liens entre sociétés civiles tunisienne et française. Pièce-maîtresse dans le processus de préparation du sommet de la Francophonie à Tunis en 2020, il sera également un appui important de notre Congrès.


Académie

L’Académie des sciences, des lettres et des arts, Beit Al-Hikma, partenaire du Congrès de l’AISLF à Tunis, organisera une session où seront débattues les manifestations plurielles des « modernités tunisiennes » en présence de trois éminents orateurs, un historien, un juriste et un économiste.

Créée en 1992, l’Académie compte cinq départements : sciences naturelles et mathématiques, sciences humaines et sociales, sciences islamiques, lettres et arts. Elle a pour missions de réunir des hommes et femmes de culture afin d’œuvrer au développement de la recherche. Elle s’attache aussi à échanger avec des institutions semblables à travers le monde. Ses missions consistent à promouvoir et enrichir la langue arabe, à protéger le patrimoine dans les domaines de la recherche et de l’édition et à encourager la diffusion d’œuvres de l’esprit et de l’art. Situant ses réflexions sur le passé et le présent de la Tunisie elle offre un lieu propice au débat sur un pays en plein mouvement.

Institution prestigieuse, l’Académie siège dans un somptueux palais construit en 1866, appelé à l’époque Husseinite le Palais Zarrouk. Il est érigé sur le magnifique site archéologique de Carthage, au niveau des Thermes d’Antonin et offre une vue de toute splendeur sur la mer.